Actions réalisées

  • Tous les ans, les membres de notre association s’impliquent dans différentes actions visant à faire connaître les coutumes roumaines.
  • A différentes occasions, notre association est solicitée pour participer à des actions ayant pour objet la promotion de la Roumanie ou de l’Europe des 28.
  • Régulièrement, les membres de GIRONDE-ROUMANIE participent à des cafés et ateliers linguistiques afin de faire connaître la langue roumaine, langue latine apparentée de près au français.

Ci-dessous vous trouverez des exemples d’événements auxquels Gironde-Roumanie à paris part ou à mis en place:

  • Gironde-Roumanie soutient le projet de Urban Balkan Project:

                    « ŞANTIER ÎN LUCRU – Les villes d’après » (2012- 2014)

Urban Balkan Project est composé de Sindy Quéré, Guillaume Lebon et Bénédicte Vacquerel. Trois amis qui se sont rencontrés sur les bancs de la faculté. Géographes-urbanistes, diplômés des Universités de Caen, de Bordeaux III et de l’Institut d’Urbanisme de Paris. Il y a deux ans, constatant que rien ne les retenait en France, ils ont décidé en tant qu’urbanophiles fascinés par l’Europe de l’Est de réaliser un film-documentaire sur la Roumanie, pour témoigner de la mutation du pays, entre l’époque communiste de Ceaușescu et l’ère capitaliste actuelle. L’aventure a commencé donc en novembre 2011, par la création de l’association « Urban Balkan Project ». Ensuite, ils ont consacré les mois qui ont suivi aux prises de contact, au montage du projet, à l’acquisition de fonds et de matériels mais aussi à l’apprentissage du roumain. Le printemps 2012 arrivé, le top départ était donné pour une année en Roumanie.

Une itinérance de près de 2.800 kilomètres au cours de laquelle ils ont passé 4 mois dans chacune des villes explorées.

Leur fil rouge : s’efforcer de comprendre quelles sont les spécificités urbaines de Cluj, Constanţa et Iași et comment les retranscrire sur le support vidéo. Sur chaque terrain d’étude, la même méthodologie d’enquête déployée: une exploration préalable de l’histoire et de la culture de la ville, une lecture urbaine de ses principales dynamiques puis une série d’entretiens avec les principaux acteurs qui « font la ville ».

Dans « ŞANTIER ÎN LUCRU – Les villes d’après », vous découvrirez la richesse du patrimoine architectural des centres-villes roumains, la subtile beauté des quartiers socialistes et les témoins du dynamisme et du renouveau de ces villes. Vous pénétrerez les rouages qui menacent leurs équilibres écologiques, sociaux et urbains dans ce pays qui parachève sa transition économique et politique. Enfin, vous verrez comment la génération post-communiste insuffle de nouveaux modes de faire la ville en proposant, en dialoguant, en contournant et parfois en s’opposant aux tenants du pouvoir. Les héros du documentaire sont architectes, urbanistes, chercheurs, politiciens, entrepreneurs, militants associatifs mais avant tout ils sont passionnés par la ville, par leur ville.

Nous espérons donc pouvoir vous montrer ce documentaire très prochainement sur Bordeaux et vous faire rencontrer l’équipe de Urban Balkan Project, que nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt et d’émotion lors de leur exploration de la Roumanie.

Pour plus de détails, vous pouvez télécharger ce document: Santier in lucru – dossier CNC 18.09.2013

  • L’école Roumaine Mai 2013

Le Club Europe, qui se réunit le lundi de 13h à 14h au collège Fontaines de Monjous de Gradignan, poursuit son travail avec l’établissement scolaire de Corabia. En janvier, nous avons terminé la première partie de notre projet et nous avons procédé à l’échange des contes avec notre partenaire roumain.

Les enfants des deux pays sont très impliqués dans cette aventure et ont noué un premier contact grâce à un échange de cartes postales.

L’association Gironde-Roumanie est également intervenue à plusieurs reprises pour présenter la Roumanie et ses traditions aux collègiens.

Le 17 décembre, Iulia et Maria sont intervenues pour animer un atelier de fabrication de décorations roumaines. Les sapins, les flocons de neige et les belles guirlandes aux couleurs de la Roumanie fabriqués ont décoré une partie de l’établissement.

Le 21 janvier, Iulia est venue nous parler de son pays et avait apporté pour l’occasion de nombreux objets qui ont attisé la curiosité des enfants. Des photos, des martisoare, une tenue traditionnelle, des billets de banque, des livres que les collégiens utilisent en Roumanie pour apprendre le français, le roumain langue latine… Autant d’éléments qui ont permis un échange de qualité dans la bonne humeur

Le 11 février, grâce à Maria, nous avons eu l’honneur de recevoir Mr Charles Daney, l’auteur du premier conte que nous avons travaillé avec les enfants (Histoire de Dunes et de Fées). Les enfants, assez impressionnés de recevoir un auteur, ont été fiers de lui présenter leurs dessins. Mr Daney par sa gentillesse et sa bonne humeur a expliqué aux enfants sa passion de l’écriture et les a incité à lire et écrire. Les débats se sont ensuite poursuivis sur l’existence des fées et surtout sur un trésor qui serait caché entre Bordeaux et Arcachon, mais j’en ai sans doute déjà trop dit…

Enfin, avec un peu de retard, nous allons organiser au mois de mars un atelier de fabrication de martisoare.

Le Club Europe remercie toutes les personnes qui permettent à ce beau projet Franco-Roumain de se réaliser.

2012-2013

Du Danube à la Gironde, des histoires au fil de l’eau

L’histoire de ce projet débute en 2011, quand OVR (Opération Villages Roumains), le réseau dont notre association fait partie, décide de lancer un projet autour des contes populaires et légendes locales (« Dis, raconte-moi une histoire »). Le but est de passer par la porte de la culture et en l’occurrence des contes pour renforcer le lien entre les associations françaises et leurs partenaires roumains, favoriser une connaissance plus approfondie de l’autre, impliquer enfants et parents dans un projet inter-générationnel et, au niveau plus global, faire circuler les productions finales au sein du réseau.

Pour Gironde-Roumanie, échanges & culture, le projet commence à prendre contour au moment où un collège de Corabia (ville au sud de Roumanie, sur le Danube) se montre intéressé par le projet, grâce aux efforts de Maria Perrouault. Côté français, David Cazenave monte un « Club Europe » au collège Fontaines de Monjous à Gradignan. L’objectif du club est la découverte ludique des différents pays européens par la mise en place de plusieurs projets sur l’année, dont principalement le projet contes. L’échange se met ainsi en place.

La méthode de travail est définie : sélection de 2 contes populaires de la région. Parmi eux, si possible, un conte à thème marin/fluvial, pour créer un lien entre les deux villes participantes. Après discussion autour des contes, les groupes d’élèves français choisissent et illustrent les moments les plus importants de chaque histoire. Les élèves roumains font la même chose avec leurs propres contes. Lorsque ce travail d’illustration est terminé, l’équipe française envoie ses contes à l’équipe roumaine et inversement. Après lecture, les moments les plus importants des contes roumains seront eux aussi illustrés par les élèves français. Le projet s’achève par la constitution d’un livret bilingue avec les deux visions et illustrations différentes du même conte.

Et vous dans tout ça ? Nous espérons vous convier bientôt à une soirée contes, pour vous faire découvrir les histoires qui ont été choisies. Nous cherchons aussi des petits coups de main pour les ateliers « traditions roumaines » (martisor, œufs de Pâques), qu’on va mettre en place avec les enfants, donc n’hésitez pas à nous écrire si cela vous intéresse !

La Roumanie en sketches

 

LA ROUMANIE EN SKETCHES from Gironde Roumanie on Vimeo.

2011-2012

2010-2011

du 12 au 14 NOVEMBRE 2010, GIRONDE-ROUMANIE, Echanges & Culture a accueilli à la Maison de la Promotion Sociale, Artigues-près-Bordeaux

Les rencontres nationales d’OVR-France

Thème de l’évènement :

« L’identité culturelle entre ancrage et mobilité » — L’illustration roumaine

  • Au programme : des conférences, des témoignages et des ateliers qui ont abordé ce sujet des points de vue anthropologique, politique, économique et socio-culturel. Le spectacle humoristique « La Roumanie en sketches » a clôturé la conférence.
  • Parmi nos invités de marque : Vintilă Mihăilescu (parrain de la journée), anthropologue, journaliste, professeur au SNSPA (Ecole Nationale d’Etudes Politiques et Administratives de Bucarest) ; Jean-Michel Arrivé, Chef de Mission « Coopération Interrégionale », Délégation « Affaires Européennes et Internationales », Conseil Régional d’Aquitaine ; Caroline Fernolend, Vice-présidente de la Fondation « Mihai Eminescu Trust » (lauréate du Prix de la Société Civile Roumaine en 2010) ; Jean-Arnault Dérens, Rédacteur en chef du « Courrier des Balkans ».
  • Pour plus d’infos : le compte rendu détaillé des conférences fait l’objet du dossier spécial du N° 22 de notre Lettre, paru en décembre 2010, et qui est consultable dans la rubrique « Actions — La Lettre de Gironde-Roumanie ». Vous y trouverez également le N° 21 où figure la présentation de cet événement. Pour consulter le programme de la journée du 13 novembre, Cliquez ici

2009-2010

En novembre 2009, GIRONDE-ROUMANIE, Echanges & Culture a organisé un festival de cinéma roumain :

La Roumanie en film

  • Au programme : quatre films roumains ont été présentés dans trois salles bordelaises : Le chaîne (Lucian Pintilie, 1992), Philantropica (Nae Caranfil, 2002), Le papier sera bleu (Radu Muntean, 2006) et, en avant-première, Les contes de l’âge d’or (1) (Cristian Mungiu, 2009). Chaque projection a été suivie des tables rondes animées par des cinéastes, des journalistes et des historiens roumains et français.
  • Parmi nos invités de marque : Nae Caranfil(metteur en scène), Anca Hirte (réalisatrice), Edith Lhomel (rédactrice au « Courrier des Balkans », Documentation française), Tudor Tepeneag (journaliste RFI), Ioana Uricaru (réalisatrice).

 

 

2008-2009

Le logo est mort, vive le logo

vieux logoVous l’aurez peut-être remarqué, après la modernisation de La Lettre de Gironde Roumanie et la création d’un site Internet, c’est à présent le logo de votre association qui change. Après plusieurs années de bons et loyaux services, notre ancien logo laisse sa place à un logo à la tonalité plus moderne. Le Baiser de Brancuși en reste le symbole, mais sa représentation a subi à sérieux lifting.

logo.jpgPourquoi ce changement ? Il nous semblait nécessaire de créer un logo plus propre, en adéquation avec l’outil informatique d’aujourd’hui, tout en conservant ses origines artistiques. Le résultat semble répondre parfaitement à cette attente. Il fut officiellement présenté par la Présidente à l’occasion de l’Assemblée Générale le 15 mars dernier. Merci à Radu Dobre, son créateur bucarestois, pour sa gracieuse contribution.

2007-2008

 

Le concours littéraire: Déroulement et Conclusion

L ’épreuve du concours s’est déroulée le 20 février dernier. Cent dix huit élèves des classes de 11ème et 12ème y ont participé. Cette participation a été importante à Suceava avec 48 candidats, mais nous regrettons la faible participation de Sibiu avec seulement 7 candidats.
Les photos prisent lors de l’épreuve dans les différents collèges ont permis de découvrir l’ambiance du moment.

Baia MareUne sélection de copies par collège a été transmise aux jurys du Comité des Jumelages de Talence et de l’association Gironde Roumanie dés le 20 mars. Nous avons reçus
quarante trois copies qui ont été lues et relues durant 2 mois par les différents jurys afin d’établir une présélection des meilleurs textes
suivant les critères de correction établis. Le 22 mai, les jurys se sont réunis pour comparer les résultats et définir les trois meilleures copies.

SuceavaLes délibérations ont été rapides car il y a eu, très vite, l’unanimité pour six textes. Ceci a permis de définir les trois meilleurs et de classer les trois suivants. Toutes les copies étaient rendues anonymes par un système de code inscrit sur chaque page.
L’identité des lauréats a été révélée
après désignation des codes par le
président du jury Monsieur Capdupuy.

OradeaLes 3 meilleures copies sont issues
du Collège Mihai Eminescu de Baia
Mare. Les lauréates sont dans l’ordre :
• Mlle Alina Maria POP ;
• Mlle Adina DUNCA ;
• Mlle Raluca POPA.

Les 3 lauréates suivantes sont dans
l’ordre :
• Mlle Marinela ACHIM du collège Mihai Eminescu d’ORADEA ;
• Mlle Laura RAICU du collège
Mihai Eminescu d’ORADEA ;
• Mlle Andrea LINCA du collège Mihai Eminescu de SUCEAVA.

Nous félicitons les trois lauréates et leur professeur de français, Mme Cornelia DUMBRAVA, pour leur réussite. Nous félicitons aussi les trois autres lauréates classées et
leurs professeurs de français, Mme Lucia MATIUTA du collège d’Oradea et Mme Irina LULCIUC du collège de Suceava. Nos félicitations iront aussi aux 118 élèves qui ont participé au concours et aux professeurs de français Mme Raluca BORCAN du collège Vasile Alecsandri de Bacau et Mme Anca SARGHIE du collège Octavian Goga de Sibiu. Enfin remercions Mesdames et Messieurs les directeurs de collège qui ont permis l’organisation et le déroulement de l’épreuve simultanément dans chaque établissement.

Les lauréates seront reçues par les membres de Gironde Roumanie, du 29 août au 8 septembre 2007. Leur séjour sera agrémenté de nombreuses visites du bassin d’Arcachon, de Bordeaux et de sites girondins. Une réception des lauréates sera organisée par le comité des Jumelages de Talence au château Peixotto le 5 septembre à 17h30. Un diplôme et quelques cadeaux seront remis à chaque lauréate en souvenir de leur réussite au concours.

Concours littéraire : Le Séjour

Après un voyage par avion Baia Mare – Bordeaux, la terre girondine a accueilli le 29 août dernier, Maria, Adina et Raluca, les 3 lauréates du concours de langue française.
C’était le début d’un séjour marathon qui s’est terminé le 9 septembre. La découverte du bassin d’Arcachon a occupé la première partie du séjour. Ce fut, tout d’abord, la région
nord du bassin d’Arcachon, la presqu’île de Lège Cap Ferret, où nous avons découvert les sites naturels, touristiques et historiques agrémentés des joies de la plage, des promenades en mer et dans les environs. Le grand tour du bassin d’Arcachon en pinasse de mer authentique a donné une autre vision du bassin. Depuis la jetée Bélisaire, la pointe du Cap Ferret, le banc d’Arguin, la dune du Pilat, la côte sud avec ses belles villas et Arcachon, l’île aux oiseaux et la côte nord avec ses villages de pêcheurs ont été les points de passage de la ballade. La vue à 360° du bassin, 50 mètres plus haut, depuis le phare a donné la dimension et une image différente du site.

Les visites traditionnelles de la ville et de ses activités ont permis de découvrir une ville estivale et culturelle sans oublier le marché et l’achat de souvenirs. Enfin le village classé de l’Herbe et la villa algérienne ont été un exemple de l’histoire et des coutumes de la région ainsi que de son activité principale, l’ostréiculture. Depuis la jetée de Bélisaire, une rapide traversée du bassin d’Arcachon et la visite s’est poursuivie vers Arcachon, ville ancienne qui vit au rythme des saisons avec ses quartiers d’été, d’automne et d’hiver. Située sur la
côte sud, c’est un autre site qui a été découvert après avoir gravi la dune du Pilat (la plus haute dune de sable d’Europe avec ses 116 mètres). La visite du parc zoologique du Teich
rappelle que dans la région vit et migre entre autre une faune exceptionnelle.

Après ces 6 jours sur le bassin d’Arcachon, la capitale de la gironde attendait les lauréates pour une visite culturelle de la ville. Elle fut rapide car une réception était organisée en
l’honneur de nos invitées, au château de Piexotto à Talence. M. CAZABONNE, maire de Talence, a accueilli les lauréates et a tenu à préciser que ce concours a pu voir le jour
grâce à la volonté et au dynamisme du Comité des jumelages de Talence et de l’association Gironde Roumanie.

ConcoursEn défenseur des langues latines
et de l’apprentissage des langues en général, il a redit sa satisfaction d’apprendre que ces trois lycéennes ont
commencé à apprendre le français dès l’âge de 8 ans. Les trois jeunes filles, ravies, charmantes et souriantes, sont reparties chargées d’un dictionnaire et d’ouvrages sur la région.

La terre de Gironde possède de prestigieux vignobles entourés de demeures et édifices qui retracent l’histoire de la région. La visite du terroir viticole a commencé par le vignoble de St Emilion. La cité médiévale du 8è siècle est l’un des fleurons du vin français connu dans le monde. Le vin vieillit dans des galeries creusées dans le sol calcaire, aménagées en chais à barriques ou en musée accessibles aux visiteurs. La visite s’est poursuivie dès le lendemain par ce qui représente l’entité du département, l’estuaire de la Gironde. En passant par les célèbres châteaux du vignoble Médocain, Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Listrac, Moulis et Margaux, qui longent l’estuaire de la Gironde, le plus grand d’Europe occidentale, elles ont embarqué sur le bac à Lamarque. La traversée de la Gironde a permis d’atteindre Blaye, ville jumelée avec Macin en Moldavie. La visite de la citadelle de Blaye, fortification construite par Vauban au 17è siècle (architecte de Louis XIV), démontre la position stratégique de la ville sur l’estuaire au 18è siècle, pendant les guerres de révolution et du premier empire sous Napoléon.

La veille du départ coïncidait avec le Forum des associations de Talence. Maria, Adina et Raluca ont organisé le stand de l’association et participé à l’animation des rencontres avec les visiteurs. Elles ont eu, juste un peu de temps, dans l’après-midi, pour faire une dernière visite de la ville afin de ramener quelques souvenirs.

Voilà 10 jours, que nos invitées étaient girondines et le séjour se terminait. Le départ était prévu tôt le lendemain, pour un retour vers la réalité.

Nous espérons que la « récompense » a satisfait la curiosité après l’effort. Souhaitons que cette action encourage l’apprentissage de la langue française et compense les lacunes du passé.

 

 

 

Le rallye vélo

Il avait été décidé au précédent conseil d’administration de participer au rallye vélo allant des sources du Danube à son delta. Le rallye organisé par OVR international doit permettre de recueillir des fonds pour aider une institution roumaine. Notre association Gironde Roumanie a choisi en conseil d’administration un projet social. Il s’agit d’aider une fondation à Onești en Roumanie qui souhaite créer un centre de vie pour des enfants en cours de dé socialisation et déscolarisation. A ce jour ces enfants ne rentrent dans aucune institution, dans la mesure où ils ne sont pas orphelins et ils ne sont pas encore des enfants des rues. Ils sont simplement des enfants de familles très pauvres qui ne peuvent pas les nourrir.

Une équipe de bénévole s’est constituée à Onești et s’est organisée pour que ces enfants puissent avoir au minimum un repas chaud par jour et un minimum d’enseignement
scolaire. En matière de prévention contre la délinquance juvénile l’initiative mérite d’être aidée et encouragée. Eysines étant jumelée avec Onești nous nous sommes tout naturellement rapprochés du comité de jumelage de cette ville, qui prend une part
très active dans le montage du projet. Au niveau des sponsors des plaquettes ont été faites et envoyées à des entreprises susceptibles de participer et par ailleurs des cartons de participation à hauteur de 5 euros chacun ont été tirés pour les particuliers.
Aujourd’hui nous avons trouvé quelques sponsors et les fonds rentrent à dose homéopathique mais ils rentrent et probablement d’ici quelques semaines nous seront proches des 4000 €. Par ailleurs Eysines a organisé le 31mai une soirée roumaine, les bénéfices de cette soirée seront versés à la fondation de Onești. Le plus difficile semble la constitution de notre équipe de cyclistes. Les personnes contactées sont dans un premier temps intéressées puis reconsidèrent leur position. Depuis le début une seule cycliste n’a pas varié de position, mais d’autres contacts sont en cours. Nous espérons une concrétisation de ces nouvelles demandes.

Pour aider à la bonne réalisation du projet, il est possible d’acheter des kilomètres sous forme de cartes vendues par votre association. Pour tous renseignements sur le rallye vélo, l’achat de kilomètres, ou pour participer physiquement au voyage, s’adresser à Mme Maria Perrouault au 06 13 56 18 46.

Vous pouvez également visiter le site officiel
d u r a l l y v é l o : h t t p : / /delta60.ovrf.free.fr/

 

DELTA 60
Le rallye de l’équipe Gironde –Roumanie

A près une course effrénée une vraie course à l’échalote pour remplir les conditions financières et humaines, celles-ci ayant été satisfaites l’avenir s’est ouvert plus serein.
L’équipe finalement est assez originale puisque est composée de 6 personnes.
Les rouleurs 3 espagnols (Pilar, Iréné, et Santi) et 1 français du territoire de Belfort(Etienne), les accompagnants deux girondins.

L’aventure c’est ainsi que je qualifie le raid a débuté en ce qui nous concerne le 19 puisqu’il a été nécessaire d’aller en Espagne pour aller chercher cyclistes et vélos, puis nous avons tous campé dans l’appartement d’Etienne à Belfort, histoire de commencer une vie collective puisque pendant 21 jours c’est ce qui nous attend

A notre arrivée à Donaueschingen le soir tard et en retard, personne de connu sur le camping ! On s’est trompé ?, il y en a plusieurs ? Puis avec notre anglais un brin latin nous arrivons a comprendre du responsable du camping que nous sommes l e s p r e m i e r s …
wouhaou !, mais il faut dire que partis depuis deux jours et de très loin c’était presque
normal . Enfin le 22 juillet tout est devenu lumineux avec le premier briefing de Vinciane , tout a été compris ou presque. Nous partons en voiture comme des flèches pour accrocher
les drapeaux des pays à traverser le long du Danube, on s’applique. On les a étalé sur les rebords du bassin qui entoure la source du Danube, les touristes de passage en profitent pour prendre quelques vues de ces européens venus on ne sait d’où…mais les cyclistes ne sont pas là. Visiblement ils ont fait l’école buissonnière. Ils arriveront au grand soulagement de tous quelques heures plus tard.

RallyeÇa y est, c’est le vrai départ !
Les jours vont s’égrener avec des
joies et des aventures multiples
Pour nous dans notre équipe un peu
familiale puisque les espagnols sont
mes cousins, il y a vraiment un grand
bonheur de passer du temps ensemble et de retrouver nos complicités de jeunesse. Chaque jour va nous apporter son lot de fous rires et de partage de
difficultés. C’est ainsi que lorsque nous avons essayé, sous la tempête à Neubourg de monter la tente, cette dernière s’est révélé être complètement indisciplinée, si nous plantions les piquets à droite, elle partait à gauche et vice versa. Finalement nous
avons eu le dernier mot mais trempées et mortes de rire. Il y a eu aussi de moments émouvants avec la visite du camp de Mauthausen où un de mes oncles a passé 5 ans et un de mes grands oncles a été assassiné. Cela a été avec Pilar un moment unique. Mais aussi à Vukovar avec les séquelles de la guerre. Quant à nos cyclistes, ils étaient déchaînés. Iréné se plaignant constamment qu’elle ne faisait pas assez de vélo, parce qu’avec sa mère nous lui posions les ultimatums : il faut choisir ou s’arrêter et déguster de merveilleux gâteaux avec des ice cafés ou continuer à rouler avec des bananes et raisins secs ! Mais surtout ne pas rouler la nuit. Il est cependant arrivé que parfois ils se soient égarés. De toute façon on les a toujours retrouvés !

Que dire aussi des pots et des repas collectifs à répétition où nous nous sentions tous bien ensemble et où au départ d’équipes séparées et bien scindées une espèce de symbiose
collective s’est opérée au cours du voyage gommant la notion d’appartenance. C’était vraiment le fun mais je pense qu’il ne nous faut pas oublier pourquoi nous l’avons fait.
La fin du raid s’est conclu par la visite de du centre pour enfants que nous avions décidé
d’aider. Là nous avons touché du doigt les difficultés. Nous avons rencontré des professeurs et animateurs qui font ce qu’ils peuvent mais sont assez épuisés. L’aide morale apportée s’avère aussi importante que l’aide financière il va falloir beaucoup de travail et d’imagination pour les aider à atteindre leur but la construction d’une école pour l’intégration.

Laisser un commentaire